04 - L'Urgence de Vivre

Dans les dernières années et les derniers mois de sa vie, après s'être si longtemps battue contre la maladie, après avoir connu la déception des rechutes, l'angoisse indicible des moments de doute, mais aussi la renaissance à l'espoir chaque fois qu'elle parvenait à surmonter une nouvelle épreuve, Martine avait compris qu'il faut vivre aujourd'hui l'essentiel, et ne jamais compter sur demain.
De plus en plus clairement, avec de plus en plus d'insistance, elle a exprimé ce message, et l'a mis en pratique.
Si l'on a quelque chose d'important à faire, il faut le faire aussitôt. Le reste n'est pas essentiel, et peut attendre.
Chaque action, chaque pensée, chaque parole peut être ainsi jaugée à l'aune de sa signification profonde dans notre vie et celle de de nos proches.
Cela ne signifie aucunement qu'il ne faille faire que de "grandes" choses, n'entreprendre de "grands" voyages ou de "grandes" œuvres, ne dire que de "grandes" paroles dans de grandes phrases.
Cela signifie qu'il ne faut pas se laisser détourner de l'essentiel, c'est à dire du Bonheur que la Vie peut nous apporter, et qui n'existe que dans le partage.
Un mot, un sourire, un geste de la main, un bref message, une pensée, un encouragement, parfois même un silence... peuvent, un instant, illuminer une vie ("Ce n'était rien qu'un peu de pain...")
Si l'on a un reproche à faire, il faut l'exprimer aussitôt. Ne pas le ruminer pendant des heures, des jours, des années. Ne pas laisser la rancœur pourrir peu à peu notre vie.
Si l'on doit demander de l'aide, il ne faut pas attendre qu'il soit trop tard.
Si l'on doit soutenir ou secourir un proche ou un ami, il ne faut pas attendre que le désespoir l'ait gagné.
Pourquoi attendre pour dire "Je t'aime" ?

C'est ainsi que Martine a vécu, jusqu'à la dernière seconde.C'est ainsi que, à la sortie de son coma, elle a accueilli nos trois enfants, puis chacun de ses proches, en lui disant simplement, du fond du cœur, et de toute la force de son âme :
"Je t'aime !"



Comments